Les aventures de Vicky

Vivez l’instant, c’est 2014 !

(Traduit de l’anglais, et ça paraît toujours très curieux dans ce sens là)

L’année a déjà bien commencé, nous voilà mi-janvier ! Ça serait pratique s’il y avait un sas de décompression entre le 31 décembre et le nouvel an, une espèce d’entre année. A défaut, on essaye de se le créer et j’espère bien que vos vacances ont été un succès.

Pendant ce temps là je ne sais pas si vous êtes arrivé à revoir les 365 jours passés, à trouver une logique, à dessiner la route que vous avez pris, à décider de la route que vous avez envie de prendre. Je trouve ça plutôt utile, assez effrayant et surtout hyper dur. Alors juste une question, est-ce que vous avez été heureux ? Et c’était quand ? Ou plus pratique : combien de bouteilles de vin avez-vous bu ? Combien de vins avez-vous essayé ? Qu’est-ce que ça a changé, après tout ? 

vicky wine road

Pour vous qui vous demandez parfois quels sont mes chiffres : cette année j’ai vendu un peu plus de 10 000 bouteilles de vins de Vicky en France et dans le monde, c’est plus qu’un carton mais pas assez pour vivre. En 2014, je vais donc m’organiser pour vendre plus de vin. Le reste du temps, j’ai aidé les professionnels du vin à se rencontrer et à réfléchir sur leur mode de vente et de communication notamment durant les Vinocamps. J’ai visité des centaines d’endroits, rencontré encore plus de gens, essayé des milliers de vin et lancé deux nouvelles cuvées (Bordeaux Rosé & Bordeaux Clairet). J’ai aussi fait le choix de vivre à Bordeaux, capitale du vin, où j’ai de bons amis et prends d’excellents conseils.

De Bordeaux, j’ai voyagé dans le vignoble familial en Beaujolais et à Paris : un triangle un peu fou dont je m’échappe de temps en temps pour présenter mes vins et visiter d’autres régions viticoles. C’est comme ça que j’étais à Londres, New York, Bruxelles pour parler des vins de Vicky. Mes vins sont arrivés chez les cavistes belges pour la première fois et après une longue quête, ça fait chaud au coeur ! Merci donc à tous mes nouveaux et anciens amis belges, qui m’aident à réussir. J’ai aussi découvert les magnifiques vignobles du Lavaux (Suisse), du Luxembourg et du Priorat (Espagne) qui m’ont laissée sans voix… Une année de paysages en plus de 1600 instagrams ;).

En 2013, j’ai eu la belle vie. Et juste comme vous, j’ai eu mes moments au sommet ou au fond du trou, et j’ai rêvé que le train fou reste en haut, pour toujours. J’ai compris que quel que soit l’allure à laquelle on court, les choses prennent du temps. Bien entendu, si vous arrêtez de marcher, plus rien n’arrive. Ceci-dit, ce n’est pas parce que tout le monde court autour de vous que vous n’avez pas la permission de prendre une pause. En 2014, je prendrais plus de pauses.

Quelquefois je veux être partout à la fois, vendre mon vin dans tous les meilleurs endroits. Quelquefois je voudrais disparaître. J’ai aussi réalisé qu’être partout peut vouloir dire être nulle part. Il est impossible de déguster tous les vins, on ne peut pas refaire la vie avec de vieux amis pendant qu’on s’en fait de nouveaux. On ne peut pas se reposer si l’on court, on ne peut pas courir si l’on se repose, mais on peut vivre le moment, être là où l’on est. Peut-être que si l’on fait ça, le moment présent prendra plus de sens et sera mieux retenu, et que quand on sera vieux, on sera même capable de le revivre encore une fois. Cette année, je vais essayer de garder mes pieds dans mes bottes, je vais vivre chaque minute, où je suis.

Finalement cette année, j’aimerai bien être à la maison mais je ne suis pas sûre de ce que cela signifie, et où est ma maison. On ne sait jamais vraiment bien dans quel coin vinique me trouver, il faut faire attention ! Alors je me suis mise à y penser, est-ce qu’on doit vraiment être quelque part ? Quand je sillonne les 4 coins du continent et arrive à vivre l’instant, j’ai l’impression que je peux être chez moi partout, je suis persuadée que les moments que je passe vaillent la peine d’être vécus. Ils sont certainement plus forts parce qu’ils sont aussi plus rares. Je peux aussi être perdue mais je sens la magie quand j’ai frappé à la bonne porte. Je suis un nid volant. Parfois je suis fatiguée, parfois tu me manques, parfois je me manque, mais dans ces mille moments je ne suis qu’une, qui fait tout pour vivre le meilleur. J’ai compris que le plus follement vous essayez d’approcher vos rêves, le plus vous avez de chance de les toucher. En 2014, je poursuivrai mes rêves.

Cette année, j’espère vous voir sur la route des vins pour un délicieux verre, ou, vous pouvez me rendre visite dans mon nid principal, Château des Moriers à Fleurie, Beaujolais. 

A l’homme qui partagera ma vie et mon lit, à mes amis et ma famille : quand je ne suis pas à la maison, je suis avec vous, quand je ne suis pas avec vous, je pense à vous et j’ai toujours, hâte de vous voir. Mettez le vin au frais !

2014 est une autre année pour le vin, les amis, le voyage, les choix, le plaisir et les coups de mou. Sautez à bord et bienvenue sur mon grand huit ! 

Bonne année !

#1 Take it easy

#2 Look up

#3 Keep your child eyes

#4 Eat Well

#5 Take a deep breath and find some time to escape

#6 Get in Shape, be sport on the wine road!

See you soon!
Bonne Année !

 

Miss Vicky Wine 275 posts

Je voyage pour découvrir de nouveaux vignobles tout en développant la gamme des Vins de Vicky. Je suis née à Paris et tout à changé dans ma vie quand mon père a décidé de reprendre le vignoble familial en 2005, à Fleurie dans le beaujolais, au château des Moriers.... Lire la suite

Pas de commentaire

Aucun commentaire. Soyez le premier !

Commenter

* Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés.